Mauvais choix. Contactez plutôt le studio
logo

Sublimation thermique

La qualité d’impression et l’incomparable tenue des tirages. Explication.

ask2500

Imprimante à sublimation

fujifilm-ask-2500

Intérieur de l’imprimante à sublimation

IMPRESSION PHOTO SUBLIMATION THERMIQUE

Passez me voir au 911 rue de la république 38140 Renage

Tarifs dégressifs pour vos impressions dans l’heure:

10×15:

Unitaire: 1€

2 à 10: 0.85€

11 à 20: 0.65€

21 à 50: 0.45€

51 à 100: 0.52€

101 à 200: 0.40€

201 et plus: 0.25€

plus de quantité?: Délai sous 7 jours à partir de 9 cts

15×20 ou 15×23:

Unitaire: 4€

2 à 10: 3.65€

11 à 20: 2.95€

21 à 50: 1.85€

51 à 100: 1.50€

101 à 200: 1.15€

201 et plus: 0.95€

plus de quantité?: Délai sous 7 jours à partir de 0.85 cts

La qualité d’impression et l’incomparable tenue des tirages. Explication.

Sublimation :  » Passage (d’un corps) de l’état solide à l’état gazeux sans passage par l’état liquide », c’est la définition que donne le dictionnaire Robert. Ce passage s’opère généralement sous l’effet d’une montée en température brutale et élevée. C’est ce principe que l’on retrouve dans l’impression par sublimation thermique. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle existe depuis bien des années. En 1980, cette technique était déjà utilisée pour remplacer le flocage dans le domaine du textile. Dans les années qui suivirent, elle fut adaptée à l’impression professionnelle sur papier. Depuis, les imprimantes personnelles à sublimation sont apparues pour produire des tirages photo de haute qualité ayant une résistance aux rayons ultraviolets accrue par rapport à la technique du jet d’encre. L’explosion du marché des appareils photo numériques a achevé de révéler la sublimation thermique au grand public par le biais de publicités pour les imprimantes 10 x 15 cm qui inondaient les magazines et les petits écrans pendant les fêtes de fin d’année. Bien sûr, ces machines n’utilisent pas toutes la sublimation thermique et certaines restent fidèles au jet d’encre. Mais la majorité fait appel au procédé, plus précis et durable que le jet d’encre, pour des photos presque… sublimes.

L’appareil photo idéal

Avec une définition de 300 points par pouce (ppp), une impression 10 x 15 cm est composée de 2,1 millions de points. Les appareils photo de plus de 2 méga pixels tirent donc pleinement parti des imprimantes à sublimation thermique actuelles.

Notez qu’en raison de leur procédé d’impression différent, les imprimantes à jet d’encre à 1200 ppp ne sont pas sur une échelle comparable à celle de la sublimation thermique à 300 ppp. Cette dernière fournit de meilleurs résultats.

Au cœur de l’impression à sublimation thermique

La sublimation thermique utilise une encre matérialisée par un film translucide enroulé dans sa cartouche. En déroulant la bande du film, on voit qu’elle se découpe successivement en trois couleurs primaires : jaune, magenta et cyan. Suit une bande transparente, la couche de protection de la photo.

Chacune des couleurs est successivement déposée sur le papier. Le juste dosage entre les trois couleurs primaires permet d’obtenir toutes celles d’une photo. Quand on déroule plus de film, on trouve à nouveau successivement les trois couleurs primaires et une section transparente, et ainsi de suite jusqu’à la fin de la cartouche.

En pratique, que fait l’imprimante avec ce film ? Elle le déroule en l’intercalant entre la tête d’impression et le papier. Le papier défile au même rythme que le film sous la tête d’impression, en commençant par le jaune. La tête d’impression, de la même largeur que le papier, se compose de points chauffants. Une imprimante de 300 ppp (ou dpi) dispose de 300 points chauffants sur une largeur de 2,54 cm (un pouce). Si son format est 10 x 15 cm, elle contient donc 1181 points chauffants sur ses 10 cm de largeur. Chaque point marque plus ou moins le film selon 256 niveaux de température prédéfinis. Plus c’est chaud, plus le film sublime son encre, plus l’encre est éjectée et plus la couleur est dense. On obtient ainsi la première ligne de la photo (en largeur), composée de 1181 points d’intensité différente et d’une seule couleur primaire. Le papier et le film avancent alors de 1/300e de pouce, soit 0,085 mm pour imprimer la ligne suivante, et ainsi de suite sur toute la longueur. Au total, 1772 lignes sont imprimées côte à côte pour former une première image en dégradé de jaune. Le papier est alors rembobiné pour recevoir le magenta, puis, de même, le cyan. La photo retrouve alors ses couleurs. En effet, avec 256 nuances par couleur primaire on obtient 16,7 millions de teintes.

Pour appliquer la couche de protection transparente, la température est identique sur tous les points de la tête d’impression, pour assurer une adhésion homogène sur toute la photo. Cette dernière est alors éjectée dans le bac de réception, prête sans nécessiter de temps de séchage.

3 couleurs primaires pour 4 couches

 

Pin It on Pinterest

Partagez

Faites nous connaitre à vos amis

error: Ce contenu est protégé par des droits d\\\'auteurs.